Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > La course à pied du Krusti > 10 Km au Marathon. > 10 km de Nice 2004 Chez Sab et Seb.

10 km de Nice 2004 Chez Sab et Seb.

dimanche 25 avril 2004, par Krusti


Arrivée sur Nice par avion le vendredi 23 Avril fin d’aprés midi... Avoir des amis à Nice comme c’est bien. Et quels amis ! Sab & Seb. La dream team je vous dis pas.

Sébastien passe nous prendre à l’aéroport et hop ça sent les vacances...promenades des Anglais, c’est là que Dimanche aura lieu la fin de mon 10Km. J’hésitais à participer au semi. J’en avais vachement envie mais 3 semaines après le marathon de Paris mes cyber-potes du Forum de JI étaient clairs « NIET ».

La vraie connerie, car je suis sur que c’en était une, c’est d’avoir changé de chaussures tout de suite après le Marathon sans m’apercevoir que l’amorti n’est plus du tout le même et de plus, le seul entraînement d’une heure la semaine précédente avait déjà déclenché une violente mais brève douleur à la cheville droite...

Bref à Nice c’est bien. Accueil Royal.

Respect



& Lui aussi aimait la CAP

nous passons chercher dossard et tout le toutim samedi après-midi, et à ma grande surprise pas de contrôle du
certif médical. Faut dire que c’est un document officiel et ici... Non je plaisante. Ça magouillerait en région Paca ça se saurait ;-)). Le soir passage par Monaco pour aller dîner dans un super restau italien à San Remo.La grande classe...


Diététicien en action



& Diététique d’urgence :



& le staff en action



& Préparation de la course



& Plein effort


La veille c’était déjà royal...

Samedi soir Al pesto je vous dis pas. Je tais ici la lutte théorique relative à
l’utilisation du couteau voire de la fourchette dans l’attaque du plat de Pâtes quelques-uns comprendront, Antonella si tu me lis merci du soutien.

Bref j’ai le dossard 6191 et je suis tout content. Le lendemain il fait encore super beau, le WE précédent sur Nice avait été un Fiasco pluvieux, là c’est super, ensoleille sans être trop chaud, des conditions de rêve.

Dimanche matin ... Je m’échauffe. Sabina Sébastien , Stellou (fidèle de la lettre de Krusti), et super bun’s sont à mes cotés. Ça fait du bien. Je rejoins le troupeau et j’ai l’impression d’être en Italie ça cause ça rigole c’est très festif et joyeux.

La frime.



& l’échauffement



& les inconditionnels


J’aborde cette course dans les meilleures conditions. Mes chaussures dans lesquelles je suis super à l’aise sont rodées par une heure de course dont j’ai oublié la conséquence funeste. Ça démarre. Bon sang il y a plus de monde que prévu !!! C’est pas large en fait et comme ce ne sera que de la ville ce ne sera jamais large.

On a pas atteint le Km 1 que vlan ! un début sérieux de point de coté. J’ai du en avoir 2 dans les 700 Kms qui ont constitué ma préparation pour le marathon d’il y a trois semaines.
La douleur est nette, je me dis merde je vais pas m’arrêter 5 minutes quand même ! Je freine, je respire de manière encore plus ambitieuse, j’imagine que les voisins doivent se dire « c’est qui cette locomotive !!! il va crever si il démarre comme ça ». Le PDC s’en va.

On tourne à droite et nous nous retrouvons encore en train de monter. Voilà l’explication, très rapidement ça s’est mis à monter j’ai pas vu venir l’effort sous entendu... Moi les cotes je connais pas (j’ai un souvenir du 15 Km de Charenton ils sont pas prêt de me revoir là bas !!)
Ligne droite, ça monte un peu, on tourne sur la droite bon sang ça monte encore, et puis arrive la rocade ... un coté entier de l’autoroute pour nous, l’observatoire en ligne de Mire... ça le fait bien.

Je cours très à l’aise... je double un peu et on me double peu. En fait c’est bouché, pour doubler faut faire des zigzags d’enfer. Je laisse tomber je suis tranquillement le rythme. Je ne suis pas mal en forme pour quelqu’un qui n’a couru qu’une heure depuis
trois semaines me dis-je.

Arrive le Km 5 et l’effet soleil se fait sentir. Ayant commencé à courir sérieusement au 20 Km de Tours fin Septembre, j’ai pas l’habitude de la moindre chaleur et j’en ai un peu peur.

Au ravitaillement je prends une petite bouteille d’eau, enfin une bouteille quoi, il n’ y a qu’un format bien sur, on ferait quoi d’une bouteille d’1,5 litre ? ... je m’astreints à boire plus que je n’ai soif. Retour dans la ville je suis sur les bases d’une heure j’imagine. Sans cardio fréquencemètre et sans montre au poignet je cours au feeling. C’est ce qui est bien. Ça me rappelle le jogging des notaires, un 10 kms également. D’avoir couru deux fois 20 kms dans les semaines précédentes avaient complètement converti mon regard sur cette distance de 10 Kms. Maintenant je sais que je peux m’aligner su 10 20 ou bien sur un semi sans inquiétude...

Pas beaucoup de place pour doubler donc, et plus vraiment envie d’ailleurs... voila une course un peu rapide pour moi mais tranquille au fond, un léger paradoxe.

Arrive le dernier tiers de la course, là, je vais faire moins le malin. Je commence à me traîner. Je sais pas pourquoi j’ai l’impression qu’on m’a glissé un poids quelque part. Le rythme ne baisse pas mas ça tire sur le moteur.

Je pensais en avoir gardé un peu sous le pieds pour la fin et c’est tout le contraire qui se produit c’est à dire que je peine un peu pour me maintenir à la vitesse qui ne me semble pas avoir changé... En fait sans le savoir je suis en train de pulvériser mon record sur 10 Km (modeste, je pars de très haut, mais c’est le mien) et je ne le sais pas.

Ce que je ne sais pas non plus c’est que je pulvérise également mon tendon d’Achille, qui, lui, la ramènera, mais dans quelques heures, une fois passé la chaleur du moment...

C’est le « U », retour sur la promenade des Anglais et ça me ferait mal de pas être en dessous de l’Heure et je vais terminer en 53’30 secondes à la puce ce qui est bien meilleur que mon 56’51 des dernières foulées de Vincennes du 1° Février...

Les amis sont là, c’est génial, en route vers une bonne douche et un repas d’enfer avec vue sur la mer, aux cotés de Gluten et pas loin de Raymond...

Hummm je vous raconte pas comment je commence à boiter à l’aéroport de Nice dans l’après-midi. C’est une méga tendinite qui démarre.

Je remercie 100 fois Sébastien et Sabina pour leur accueil et toute la logistique qui allait avec, Stellou007 pour son enthousiasme et le Buns de m’avoir une fois plus coaché avec efficacité.....

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
15